Le bac perturbé par un mouvement de contestation

Les réformes du lycée et du bac instaurées par le ministre de l'Education Jean-Michel Blanquer a provoqué une vague de contestations. Elèves et professeurs se sont rassemblés et appellent à boycotter les épreuves du baccalauréat et les épreuves des élèves en Première ont été perturbées.

@jobetudiant
Image d'illustration; Crédits photo : 20 Minutes

Les épreuves du baccalauréat des élèves en Première ont été perturbées. Lundi 20 janvier commençaient les premières épreuves de contrôle continu dans certains établissements. Samedi 18 janvier déjà, des épreuves avaient été annulées au lycée Blaise-Pascal de Clermont-Ferrand. "Des éléments extérieurs sont venus, ont pratiqué de la violence puisque c'est de l'intrusion. C'est donc très grave et il y aura donc des poursuites pour ceux qui ont fait cela", a réagi le ministre de l'Education nationale, Jean-Michel Blanquer. Les moyens pour faire pressions sont nombreux : manifestations, barrages filtrants, distributions de tracts...

Avec la réforme, les élèves de Terminale ne sont plus interrogés que sur quatre matières et une part de contrôle continu (60%) est intégrée au bac. En tout, 10 lycée ont reporté partiellement ou totalement les épreuves.

A Savigny-sur-Orge, en Essonne, des élèves ont fait blocus devant leur établissement mardi 21 janvier et cela avec le soutien de leur professeur. "Nous sommes ici pour réclamer l'annulation ou le report des premières épreuves des E3C, qui doivent se tenir lundi 3 février, confie au journal Le Parisien Anthony Mazerand, professeur d'Histoire-Géographie. Ce rassemblement n'est qu'une simple mise en garde."

Et les lycéens ne sont pas les seuls à avoir pris part à la contestation. Les professeurs ont appelé à des grèves de surveillance, refus de corriger les copies ou de transmettre les notes. En tout, l'Education nationale a procédé à 4000 retenues sur salaires et 500 rappels à l'ordre et 50 se sont vus infliger des sanctions disciplinaires pour leur contestation. Parmi les sanctions disciplinaires se trouvent l'avertissement ou le blâme, soit les deux premiers échelons de la sanction dans la fonction publique.

Des syndicats d'enseignants et des professeurs ont appelé à divers leviers d'actions sur les réseaux sociaux pour "faire barrage" au nouveau bac.

Twitter : @jobetudiant - @melaniefaure